— ACTUALITÉS —

⚠️ ANNONCE –
Cher.e.s spectateur.ice.s,
Comme vous vous en doutez, les premières représentations de la création ET LES LIONS GUEULENT LA MORT OUVERTE de Thomas Bouyou
sont annulées et reportées.
Probablement à la saison prochaine.

Grâce à Anis Gras le lieu de l’autre nous avons pu terminer notre semaine de résidence, atteindre la version finale que nous devions vous présenter.

La version finale de ce spectacle qui résonne si fortement avec les problématiques actuelles.
Ce que nous voulions créer, un spectacle intime qui joue sur la fureur d’exister dans un monde sans libertés, un spectacle qui malgré la restriction crie la joie et l’amour.
Ce spectacle nous l’avons créé, nous l’avons quasiment terminé, et maintenant il doit être joué, pour le public, car le théâtre c’est le dialogue avec le public.
Ce spectacle nous le jouerons. Quand ? Nous ne savons pas encore vraiment. Les saisons sont bousculées, bouleversées, les lieux avec, les équipes avec, les artistes avec, vous avec, alors avec la patience et la passion, pas à pas, tout cela se reconstruira et nous jouerons ce spectacle et encore tant d’autres.
Comme l’ont déjà dit Millie Duyé et Mélanie Charvy de la compagnie Les Entichés “les civilisations qui choisissent la sécurité au détriment des libertés les plus fondamentales courent à leur perte”. Nous ne perdrons jamais nos libertés de jouer. Jamais.
Pour l’heure il faut réfléchir à faire ensemble, un nouveau fonctionnement. Une nouvelle synergie lieux/artistes/publics doit être considérée.
Ne nous laissons pas avoir par le “tout numérique”, ce n’est pas une solution, ça ne doit pas être une solution, nous jouerons chairs faces aux chairs, vivantes. Réfléchissons aux alternatives. Respirons et ne nous jetons pas dans la gueule du loup qui n’attend qu’à déchirer, pour l’heure.

Et comme dit Jeanne Balibar qui cite également Arianne Mnouchkine :

: “Que tous ces messieurs cyniques prennent leur jouissance où ils veulent ! Pour être des tartuffes, il n’en sont pas moins hommes et ils ont leurs démons, c’est bien normal !

Mais, qu’ils ne détruisent pas les êtres humains qui ne sont pas comme eux.
Et qu’ils ne détruisent pas les lieux où l’on peut, comme dit Ariane Mnouchkine, “révéler les dieux et les démons qui se cachent au fond de nos âmes, ensuite transformées, pour que la beauté transfigurante nous aide à connaître et à supporter la condition humaine. Et supporter ne veut pas dire subir, ni se résigner.”
Nous jouerons dans la fierté, la joie, l’amour et l’urgence.
Nous jouerons.

Suivez-nous sur Facebook pour ne rien manquer des actualités de la compagnie. 

MERCI ! 
Merci à la Région Île-de-France pour son soutien.

Merci au département du Val-de-Marne de nous faire confiance et de nous soutenir par l’aide à la création pour Et les lions gueulent la mort ouverte. 
Merci à la SPEDIDAM pour l’aide à la création et à la diffusion pour Et les lions gueulent la mort ouverte